Afrique

Samantha Hargreaves de WoMin – alliance africaine abordant les sujets des sexes et de l’exploitation minière – parle avec Andrew Dey de WRI sur le lien entre les sexes, l’industrie minière et le militarisme en Afrique, et du travail de ce nouveau réseau pour y faire face.

Expliquez-nous votre travail – qu’est-ce que WoMin, quand cette alliance a-t-elle été formée, et qui fait partie de votre réseau? Quels sont les enjeux critiques sur lesquels vous travaillez?

Samantha: WoMin a été lancée en octobre 2013. Nous travaillons avec environ 50 organisations dans quatorze pays en Afrique du Sud, Afrique Orientale et Afrique Occidentale. La plupart de nos partenaires travaillent sur des problèmes relatifs à la terre, aux ressources naturelles, à l’industrie minière, à la justice écologique et climatique et aux droits des femmes. Notre travail avec les organisations pour les droits des femmes est généralement plus difficile puisqu’elles se focalisent davantage sur les problèmes de sexe « traditionnels » tels que la violence contre les femmes, l’éducation et la santé des femmes et des filles. Seul un faible nombre se concentre sur l’environnement, la terre et d’autres questions de justice économique.

WoMin Southern African women and coal exchange. Photo: Heidi Augestad

Se rejoindre au Cap

Placheolder image
Le fusil brisé 98 Petites actions, grands mouvements : le Continuum de la nonviolence

Nous sommes très emballés par la prochaine Conférence internationale de l’IRG – la première en Afrique – qui se tiendra au Cap (Afrique du Sud) du 4 au 8 juillet 2014, accueillie par la campagne Cessez-le-feu The Ceasefire Campaign.

Parmi les intervenants confirmés pour l’ouverture de la plénière, il y a Desmond Tutu et Jenni Williams de l’association pour l’émancipation des Femmes du Zimbabwe. Au cours des quatre jours pleins de la Conférence, des groupes à thème – qui ont très souvent dessiné le travail de l’IRG au fil des ans – seront centrés sur un éventail de questions, dont la résistance civile et les mouvements populaires d’émancipation : sous des régimes divers, contrer la militarisation de la jeunesse, la violence quotidienne (domestique, crimes passionnels, insécurité urbaine, etc.), la violence économique, les crises de pauvreté et le militarisme

Publié dans Le Fusil brisé, Décembre 2013, No. 98

Une vue rapide et superficielle de l’histoire de l’Internationale des résistant/e/s à la guerre (IRG) – organisation responsable de nombreuses actions exemplaires mais rarement reconnue pour être à l’origine de mouvements spectaculaires et efficaces – n’indiquerait aucune connexion profonde vers l’Afrique. Mais cette impression initiale est fausse. Bien que souvent dans les coulisses et hors des fanfares et des projecteurs, des membres clefs de l’IRG ont joué des rôles significatifs dans des aspects importants des mouvements anticoloniaux et antiguerre de ce continent durant les 90 années depuis sa fondation en 1921. La Conférence internationale de juillet au Cap (Afrique du Sud) se présente simplement comme le plus public – et peut-être le plus ambitieux – de ces efforts.

Les innombrables applications de l'aluminium dans la vie civile moderne tendent à masquer ses nombreuses utilisations dans la technologie de l'armement, ce qui le met au rang de la poignée de métaux classés comme stratégiques par le Pentagone. Pour les gouvernements des principales puissances mondiales, cela signifie que s'assurer d'un approvisionnement constant au moindre coût en aluminium est primordial.

« Les déplacements de population dus à l'exploitation minière [...] ont été une des causes les moins médiatisées des migrations en Afrique, et c'en est une qui devrait croître tant l'extraction de minerais demeure un élément clé de l'économie dans toute la région, » d'après une publication officielle de SADC, (Communauté de développement d'Afrique australe), début 2006.

Des engagements historiques aux nouvelles espérances

"Morceaux choisis" compilé par Matt Meyer

Pour les partisanNEs de la nonviolence révolutionnaire - l'engagement en réseaux pour des changements sociaux radicaux avec les stratégies et les tactiques de la "force spirituelle" sans arme - les luttes historiques et contemporaines à travers le continent africain apportent des exemples variés d'une grande espérance.

S'abonner à Afrique