Kampagnen: Tag der Gefangenen für den Frieden

en
de

Le 1er décembre est la Journée des Prisonniers et prisonnières pour la paix. Depuis plus de 60 ans, l'Internationale des résistant.e.s à la guerre a publié les noms et les histoires de celles et ceux emprisonné.e.s de par leurs actions en faveur de la paix. Beaucoup sont objecteurs ou objectrices de conscience, incarcéré.e.s pour leur refus d'incorporer l'armée. D'autres ont commis des actions nonviolentes pour perturber les préparatifs de guerre.

Cette journée est une opportunité de montrer son soutien envers ces personnes et leurs mouvements, en écrivant à celles et ceux privé.e.s de liberté de par leur action pour la paix.

Si, l'IRG tient à jour de manière permanente une liste des Prisonniers et prisonnières pour la paix, un effort spécifique est déployé pour qu'elle soit d'actualité à l'occasion de la Journée des prisonniers et prisonnières pour la paix, chaque 1er décembre.

Éditorial

Placheolder image

Bienvenue sur l'édition spéciale du Fusil brisé pour la Journée des Prisonniers pour la Paix - 1er décembre. Cette année nous nous concentrons sur la situation en Turquie. Nous avons pris cette décision avant l'escalade actuelle du conflit turco-kurde, qui met en lumière à nouveau le pouvoir de l'armée dans la société et la vie politique : c'est une institution qui est au-dessus de tout - le gouvernement, la constitution, les standards internationaux en matière de droits de l'homme.

En janvier 2006, la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) de Strasbourg a statué sur le cas de l'objecteur de conscience turc Osman Murat Ülke, qui a passé deux ans et demi dans une prison militaire, de 1997 à 1999, sous des inculpations à répétition de « refus d'obéissance ».

Comment fonctionne la liste

En premier figurent en gras les noms des prisonniers, suivis de leur peine ; vient ensuite le lieu de détention et le motif de la condamnation. Une information relative aux pays où des prisonniers/ères ont vu leurs peines prononcées, effectuées, terminées ou suspendues au cours de l'année se trouve en italique.

« Le service patriotique est un droit et un devoir de tout citoyen turque », indique l'article 72 de la constitution turque. Le service militaire apparait donc comme un passage obligé dans la vie de toute homme turque, et l'idée qu'un homme déclaré physiquement apte ne serve pas dans l'armée du pays, peut à peine être énoncée en public.

Osman Murat Ülke a déclaré son objection de conscience et brulé son ordre d'appel le 1er septembre 1995 à Izmir. Il a été arrêté plus d'un an plus tard – le 7 octobre 1996 – sur la base de l'article 155, « pour éloigner la population de son armée ».

«Article 318

1. Les personnes qui incitent, suggèrent ou font une propagande qui aura pour effet de décourager les gens d'accomplir le service militaire seront condamné à une peine d'emprisonnement de six mois à deux ans.

Édito

Placheolder image

Octobre ne fut pas un mois de réjouissance pour les militantEs des droits de l'homme en Russie. Le 7 octobre Anna Politkovskaya, journaliste de renom ayant régulièrement exposé les violations des droits de l'homme en Tchétchénie, fut assassinée aux abords de son appartement à Moscou.

Le 7 octobre 2006, la journaliste russe Anna Politkovskaya fut tuée aux abords de son appartement à Moscou. Son cas n'est pas isolé: plusieurs journalistes ont été assassinéEs en Russie ces dernières années - et qu'Anna Politkovskaya fut prise pour cible n'est pas une coïncidence.

Comment fonctionne la liste

En premier figurent en gras les noms des prisonniers, suivis de leur peine ; vient ensuite le lieu de détention et le motif de la condamnation. Une information relative aux pays où des prisonniers/ères ont vu leurs peines prononcées, effectuées, terminées ou suspendues au cours de l'année se trouve en italique.

L'armée russe doit faire face à (au moins) deux types de violations des droits de l'homme : la dedovshchina, le bizutage des conscrits à leur entrée dans l'armée rus se (lire l'article ci-dessous), et les violations des droits de l'homme perpétrées par les militaires russes en Tchétchénie et autres régions de conflit.

Critique littéraire

Placheolder image
Dedovshchina in the Post-Soviet Military : Hazing of Russian Army Conscripts in a Comparative Perspective

(La Dedovshchina dans l'armée post-soviÈtique : les bizutages des conscrits de l'armée russe d'un point de vue comparatif).

Par Françoise Daucé et Elisabeth Sieca-Kozlowski (ed.), Ibidem, Stuttgart 2006

S'abonner à Kampagnen: Tag der Gefangenen für den Frieden