Etats-Unis d'Amerique

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres célèbrent la Journée pour les Prisonniers pour la paix, occasion lors de laquelle nous publions les noms et les histoires de personnes emprisonnées pour des actions pour la paix. Beaucoup d’entre eux sont des objecteurs de conscience, emprisonnés pour avoir refusé de rejoindre l’armée. D’autres ont mis en œuvre des actions non-violentes afin de perturber la préparation à la guerre.

YaliniDream

De multiples lettres provenant du Complexe Correctionnel du Mont Olive (CCMO) en Virginie-Occidentale, font état d’au moins 5-7 détenus aspergés de gaz lacrymogènes, de gaz poivre ou d’autres agents chimiques chaque semaine. Des témoignages directs indiquent que les gardiens font référence à l’usage fréquent de ces produits chimiques, qu’ils appellent négligemment « insecticide ».

Paul Magno

États-Unis, juillet 2012, trois activistes en faveur du désarmement : Greg Boertje-Obed, Megan Rice et Michael Walli, participent à une action pacifique directe, baptisée « Transform Now Ploughshares », au Y12 National Security Complex à Oak Ridge au Tennessee. Bien que datant des débuts du projet Manhattan, pendant la Seconde Guerre mondiale, Oak Ridge demeure un maillon essentiel de la capacité de production d’armes nucléaires des États-Unis. Lors de cette opération, les trois activistes traversent le terrain de la réserve fédérale pendant la nuit, franchissent quatre barrières de sécurité et bravent le HEUMF (Highly Enriched Uranium Maintenance Facility), un dépôt de 400 tonnes d’uranium enrichi en quantité suffisante pour la fabrication de 10 000 armes nucléaires. Une fois sur place, ils délimitent le secteur avec du ruban de scène de crime, déploient des bannières aux messages pacifistes et barbouillent les murs du bâtiment avec du sang humain et des messages de paix extraits de la Bible.

Une association partenaire de l’IRG aux Etats-Unis – la Ligue des Résistants à la Guerre – prend position ‘ avec tous les immigrés aux Etats-Unis, particulièrement le grand nombre de ceux qui font face à des menaces renouvelées de déportation en masse avec le nouveau gouvernement de Trump’ : La Ligue oeuvre à mettre en question la militarisation de la police et son racisme, et leur campagne pour des zones sans l’équivalent du GIGN - #NoSWATzone – contient une vision de ‘villes-sanctuaires’ et d’endroits sanctuaires qui apporterait des endroits de refuge contre les descentes de la police fédérale que Trump a promis d’organiser.

Lisez leur déclaration et liste de lectures recommandées et de ressources en cliquant ici.

Carol Thompson

Le sourire éclatant, le rire contagieux ; tel un rayon de soleil elle attirait les autres à elle, les poussant à débattre et à discuter, à apprendre et à réfléchir. Une détermination sans borne, une passion pour la justice et un dévouement sans faille. Voilà ce qui vient à l’esprit quand on évoque le nom de Kayla Mueller, et non sa capture par l’État islamique, sa torture et sa mort tragique à l’âge de 26 ans.

Cette interview a été initialement publiée dans Objection de conscience : Un Compagnon Pratique pour les Mouvements. Le rédacteur a interrogé Greg Payton, un Africain Américain vétéran de la guerre du Vietnam, devenu militant pour la paix avec Les Vétérans du Vietnam contre la Guerre, les Vétérans pour la Paix, la Ligue des Résistants à la Guerre et les Vétérans Noirs pour la Justice Sociale. Il nous a expliqué en quoi la couleur de peau et le racisme ont joué un rôle dans son expérience de militant.

David Scheuing

Londres. Tous les jours, en rentrant chez moi, je passe devant des policiers lourdement armés qui
« protègent » les citoyens, les infrastructures, la vie et l’économie : dans le métro, à la gare, ils sont toujours aux aguets. Toutefois, cette vigilance n’est ni inoffensive, ni innocente. Elle tue. Cette année, juillet marquait le dixième anniversaire du meurtre de Jean Charles de Menezes dans une rame de métro bondée à la station Stockwell de Londres.1

Ainhoa Ruiz Benedicto

Les 3169 km de la frontière entre les USA et le Mexique sont devenus une barrière insurmontable et lourdement militarisée et contrôlée. Le déploiement de forces de sécurité, de contrôles frontaliers et d’armements ressemble beaucoup à celui de deux pays en état de tension armée. Il n’y a pas une seule section de cette frontière qui ne soit pas occupée par des clôtures en acier, des caméras de surveillance, des hélicoptères Blackhawk, des drones Predator ou des patrouilles frontalières, des agents de l’Immigration ou de la Protection des Douanes, dont la présence a doublé ces six dernières années pour atteindre 25 000.

Pedro Rios

Le soir du 28 mai 2015, à San Diego (Californie) une centaine de personnes s’était rassemblée dans une marche commémorant la Journée nationale d’action pour arrêter les violences à la frontière. Cette manifestation entrait dans le cadre d’une série de différentes actions nonviolentes, coordonnées dans neuf villes des États-Unis afin de faire entendre les voix contre l’augmentation de l’impunité des agents aux frontières, impliqués dans au moins 39 morts depuis 2010. Menées par le Collectif des communautés de la frontière sud, qui regroupe plus de 65 associations travaillant sur la frontière avec le Mexique, les marches, rassemblements et projections de films mettait en vedette le cinquième anniversaire du décès d’Anastasio Hernandez Rojas, père de cinq enfants, qui en 2010 fut torturé à mort par plus de douze agents des frontières à San Ysidoro, porte d’entrée dans San Diego.

Léopold Lambert

La facilité, pour ses citoyens, de voyager à travers le Nord mondialisé n'a d'égale que la difficulté, pour les personnes extérieures, d'accéder à cette partie du monde. La carte présentée ici tente d'illustrer l'antagonisme entre cette Forteresse du Nord et le reste du monde. L'espace Schengen, le Royaume-Uni, l'Irlande, Chypre, Israël, l'Amérique du Nord, le Japon, la Corée du sud, Taïwan, Hong Kong, Singapour, l'Australie et la Nouvelle Zélande forme le Nord mondialisé et leurs frontières avec les autres pays sont militarisées pour assurer le contrôle de l'immigration. La liste qui suit décrit brièvement les différents dispositifs qui matérialisent les frontières, contrôlent les personnes et parfois voient celles-ci mourir.

S'abonner à Etats-Unis d'Amerique