Corée du Sud

Lorsque les collégiens de Séoul sortirent dans les rues afin de demander la destitution de la présidente Park Geun-Hye dans une longue série de manifestations débutées en octobre dernier, ils furent fréquemment confrontés à des connaissances vêtues de l’uniforme militaire et en équipement de combat.

Le 25 mai, l’Internationale des Résistants à la Guerre a organisé un séminaire web sur l’objection de conscience, l’éducation à la paix et la résistance à la militarisation de la jeunesse en Corée du Sud. Lors de ce séminaire, nous avons écouté les exposés de deux militants pacifistes basés à Séoul et qui ont pris part à des campagnes dans ce domaine depuis plusieurs années : Hanui Choi, Animateur de l’Education à la Paix avec PEACE MOMO, et Seungho Park, objecteur de conscience et militant avec Un Monde Sans Guerre.

Ce jeudi 25 mai, la Ligue des Résistants à la Guerre a organisé un webinaire sur l’objection de conscience, l’éducation à la paix et comment lutter contre la militarisation de la jeunesse en Corée du Sud. Dans ce webinaire, nous serons rejoints par deux militants basés à Séoul, Hanui Choi (de PEACE MOMO) et Seungho Park ( de Un Monde sans Guerre), qui ont agi au sein du monde pacifiste pendant des années.L’enregistrement du webinaire sera bientôt disponible.

 

Lee Sangmin

Parfois je rêve du passé. D’habitude, je ne rêve pas d’expériences positives, juste de journées pleines de regrets et de souvenirs que je voudrais fuir. Les souvenirs constituent une pression inconsciente, et se rappellent à moi dans mes rêves. Cela ressemble à l’odeur de la terre avant la pluie. Je rêve aussi d’un futur qui n’est jamais venu. Dans le pire des scenarios, les exactes situations que je voudrais éviter apparaissent dans mes rêves. Je pousse toujours un soupir en me réveillant, et je suis ravi que tout cela ne se soit pas passé dans la vraie vie.

Download pdf

Information submitted by the International Fellowship of Reconcilitation and Conscience and Peace Tax International

MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA RÉCONCILIATION

(IFOR)

Rapport à l’intention de la 115e session du Comité des droits de l’homme

RÉPUBLIQUE DE CORÉE

(Service militaire, objection de conscience et questions connexes)

Mise à jour : Septembre 2015

Contact :

Derek Brett

Mouvement international de la réconciliation

Représentant auprès de l’ONU, Genève

derek.brett@ifor.org

Tel : (41) 77 462 9825

Informations générales – La République de Corée et le Comité des droits de l’homme

Dans les Observations finales faisant suite à l’examen du Troisième rapport périodique de la République de Corée au titre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), le Comité des droits de l’homme se dit « préoccupé par le fait: a) que, conformément à la loi sur le service militaire de 2003, la peine encourue en cas de refus d’effectuer le service militaire actif est un emprisonnement d’une durée pouvant aller jusqu’à trois ans et qu’il n’existe pas de limite législative au nombre de fois que ces personnes peuvent être appelées et soumises à de nouvelles sanctions; b) que les personnes qui n’ont pas effectué leur service militaire ne peuvent occuper des emplois dans l’administration ou les organismes publics et c) que les objecteurs de conscience condamnés sont stigmatisés du fait de leur casier judiciaire (art. 18) ». Il formule la recommandation suivante : « L’État partie devrait prendre toutes les mesures nécessaires pour reconnaître le droit des objecteurs de conscience d’être exemptés du service militaire. Il est encouragé à aligner sa législation sur l’article 18 du Pacte. Le Comité appelle, à cet égard, son attention sur le paragraphe 11 de son observation générale no 22 (1993) relative à l’article 18 (liberté de pensée, de conscience et de religion). »1

Wook-sik Cheong

Comment définir en géopolitique l’Asie du Nord-Est ? En géographie, elle inclut les Corée du Nord et du Sud, le Japon, toute la Chine et une partie du territoire russe. L’État de fait de Taïwan occupe une importante place stratégique dans cette zone. Les États-Unis, bien que non localisés dans la région, ne peuvent pas en être exclus à cause de leur grande influence et de leur statut du plus puissant acteur géopolitique.

Contactez (anglais) Hannah Brock + 44-20-7278 4040 et hannah chez wri-irg.org

Aujourd’hui marque la Journée internationale de l’objection de conscience. Dans le monde, 92% de tous les objecteurs de conscience emprisonnés pour avoir refusé le service militaire obligatoire le sont en Corée du Sud. Une campagne internationale appelle à leur libération et la reconnaissance du droit à l’objection de conscience partout dans le monde.

 

 

 

Internationale des Résistants à la Guerre, Amnesty International, Connection e.V., et Monde Sans Guerre organisent cette pétition au Ministre de la Défense Nationale de la Corée du Sud, le Général Han Mon-Koo, demandant à son gouvernement - de libérer sans délais et sans conditions tous les objecteurs de conscience; - de reconnaitre le droit à l’objection de conscience comme étant un droit de l’homme qui fait partie intégrante du droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; -de prendre les dispositions appropriées pour permettre l’objection de conscience au service militaire; et d ‘effacer les mentions aux casiers judiciaires et octroyer une compensation aux objecteurs de conscience qui ont été emprisonnés pour avoir refusé le service militaire dans le passé.

Signez en ligne ici et téléchargez une version imprimée ici.

Jungmin Choi

Nous, membres de World without War (WWW), avons tenu une action construisant des ateliers de formation, en collaboration avec Andreas Speck de l’IRG. Pour cela nous avons utilité le modèle du mouvement Plan Action, Movement Action Plan (MAP), pour examiner notre campagne tout particulièrement en relation avec l’abandon par le nouveau gouvernement du projet de loi sur le service civil. Notre action était sous embargo jusqu’à la date de prise de pouvoir du gouvernement actuel.

S'abonner à Corée du Sud