Manque de solidarité pour l’Ukraine

BJörn Kunter

La propagande russe et le mouvement international de la paix

Le mouvement de la liberté en Ukraine a reçu beaucoup d’attention internationale pendant les évènements de l’Euromaidan, mais très peu de support international. Au lieu de ceci, le mouvement s’est vu victime d’une vague de diffamation internationale. Ceci peut être partiellement expliqué par les échecs du mouvement, où certains manifestants sont devenus violents et le mouvement n’a pas réussi à se distancer d’éléments provenant de la droite. Mais de manière plus importante, le mouvement international de la paix, surtout en Europe, doit réaliser qu’il a été ciblé par la campagne de propagande massive qui fait partie de la guerre hybride créée par la Russie. Les instincts de la guerre froide qui poussent à douter des médias officiels et d’éprouver de l’empathie envers les intérêts du Kremlin ont créé une terre fertile pour les graines de la haine et de la désolidarisation avec la démocratie ukrainienne et les militants des droits de l’homme.

Quand j’ai intégré le mouvement de paix de l’Allemagne de l’Ouest dans les années 80, on nous appelait les « idiots utiles de l’Union soviétique ». De toute évidence, ceci n’était pas vrai et le mouvement de paix « soutenu par les communistes » a soulevé la question du désarmement dans l’Est et a renforcé le mouvement de paix de l’Allemagne de l’Est qui est devenu le mouvement des droits civils qui a renversé le régime communiste en 1989. Néanmoins, j’ai été choqué de réaliser dans les années 90 l’envergure des agents de la Stasi au sein du mouvement et la dépendance financière de plusieurs organisations de l’Allemagne de l’Ouest auprès de l’ex-république démocratique allemande.

De nos jours, je me sens manipulé de nouveau. Depuis l’intensification des évènements dans le Maidan (la place centrale) en Ukraine, une campagne de propagande massive ayant pour but de diffamer le mouvement ukrainien pro-démocratie en tant que fasciste, violent, financé par l’étranger et ouvert aux homosexuels a influencé le monde et des parties de « mon » mouvement de paix. Les quatre arguments contiennent des éléments infimes de vérité à l’intérieur, mais ils sont extrêmement exagérés. Ceci est évident dans la supposée « junte fasciste ». En réalité, le problème avec l’extrême droite organisée en Ukraine est bien inférieur au niveau de la plupart des autres pays européens, et les crimes haineux ont été des exceptions rares. En fait, la propagande ment et les mythes à propos du mouvement fasciste Maidan étaient si gros que la communauté de recherche anti-fasciste – qui avait lancé des avertissements au sujet des signes les plus infimes de fascisme en Ukraine depuis des années – est sortie avec une lettre ouverte afin d’arrêter l’usage excessif de stéréotypes « fascistes » en Ukraine.

Mais pourquoi des mensonges aussi évidents ont-ils été si efficaces pour décourager la solidarité avec le mouvement pro-démocratie ukrainien, même après que les soldats russes aient annexé la Crimée et se soient battus ouvertement dans la région de Donbass? Qu’est-ce qui a rendu le mouvement de paix allemand si attentif que des mensonges et la propagande la plus grossière se soient répandus comme de la poudre d’escampette?

Premièrement, nous avons été ciblés. En février 2013, le chef d’état-major général Valery Gerasimov a expliqué qu’au sein du concept de guerre hybride, une opposition manifestante est un allié naturel. Au sein de cette opposition, qui en Europe peut être approximativement divisée parmi des groupes anciennement communistes/gauchistes et les partis de l’extrême droite anti-UE, seuls quelques groupes sont directement parrainés, comme le Front National de Marine Le Pen en France, qui pour les prochaines élections a reçu des prêts de 40 millions d’euros de la part de banques russes, ou « l’Observatoire eurasien de la démocratie et des élections » géré par le fascite belge Luc Micheliv. Mais il ne s’agit pas que de partisans payés. Le support de Poutine en Europe est basé sur un large mélange de valeurs et de perceptions des ennemis partagées. Les partisans de l’extrême droite se voient dans une alliance conservatrice avec la Russie de Poutine contre l’Union Européenne antinationale « décadente et ouverte aux homosexuels », tandis que les gauchistes joignent la lutte antifasciste. Et tous ensemble s’unissent contre les États-Unis d’Amérique, dont la main secrète est soupçonnée derrière chaque conflit. Ce mélange de propagande fonctionne étant donné qu’il est ciblé comme dans les messages de relations publiques et publicitaires, faits sur mesure pour plaire aux groupes-cibles, vendant des produits contradictoires à des clients différents.

Deuxièmement, le “grand jeu géopolitique” dans lequel la propagande russe dissimule son agression contre l’Ukraine plaît aux pratiques comportementales et aux instincts acquis lors de la guerre froide et de l’opposition aux guerres de l’OTAN. Dans le jeu géopolitique, tous les conflits ne sont que des champs de bataille des superpuissances, et les autres pays et mouvements locaux ne sont que des pions dans l’échiquier. Par conséquent, la solidarité avec l’Ukraine n’est pas imaginable étant donné qu’il ne s’agit que d’un territoire, et non un acteur. Ainsi nous ne sommes pas révoltés lorsqu’un empire attaque sont petit voisin, mais eu lieu de cela nous avons pitié de l’agresseur qui est entouré par des bases américaines et « provoqué » par l’expansion de l’Union Européenne.

Troisièmement, afin de discréditer des mouvements authentiques et de légitimer la guerre hybride, des tactiques apparemment similaires ont été utilisées du « côté russe ». Durant les manifestations de l’Euromaidan, le régime de Yanoukovitch avait déjà organisé un mouvement « anti-Maidan », de ce fait copiant les activités des protestants avec leurs propres manifestations, tentes, etc. Seulement quelques mois après que les protestants aient formé « les forces de défense Maidan » (« armés » avec des boucliers, des bâtons et des cocktails Molotov) et occupé les bâtiments de l’administration, des petites unités de combat russes armées ont occupé le parlement de la Crimée et plus tard les forces de sécurité à Slavyansk ont donné des armes à leurs alliés locaux « pour former une armée ». D’une manière similaire, des procédures démocratiques sont mises en scène, comme les référendums ou élections en Crimée, Donetsk, et Lugansk, incluant même des observateurs internationaux. Finalement, la Russie prétend avoir le droit de reproduire chaque violation du droit international que l’Ouest a fait dans le passé, comme la guerre du Kosovo, l’intervention en Libye et la séparation du Kosovo. En fait, la Russie interprète, à tort, toutes les révoltes populaires des années passées comme étant le résultat de l’intervention occidentale (la CIA). Dans le cas de l’Ukraine, une citation de Victoria Nuland, l’assistante-secrétaire des affaires étrangères pour les affaires Européennes et Eurasiennes des États-Unis, a été utilisée comme « preuve » que les États-Unis ont investi 5 milliards USD dans la révolte ukrainienne, ignorant que cette somme comprend toute l’aide financière depuis 1991, dont la plupart a été donnée directement aux agences gouvernementales ukrainiennes et pour des questions humanitaires, sociales, écologiques et économiques.

Quatrièmement, afin d’être efficaces, ces mises en scène, contradictions et mensonges répétés n’ont pas besoin de convaincre, mais simplement de mélanger le public afin d’empêcher toute solidarité ou neutralisation. Pendant que le peuple débattait à savoir si les soldats russes se trouvaient en Crimée, la péninsule était déjà annexée. Et pendant que, par exemple, je passais trois mois à faire des recherches sur le fascisme en Ukraine, les agents de la propagande enfonçaient la notion de « junte fasciste nazie » dans la tête du public.

La désinformation, y compris les théories et preuves les plus farfelues autour de l’abattement du vol malaysien MH17, trouvera toujours des gens qui voudront bien y croire. Ils forcent le reste du monde à rédiger des analyses imperméables aux idiots et qui sont publiées des mois plus tard, lorsque la vague d’indignation a disparu depuis belle lurette. Cet effet est d’autant plus amplifié par l’habitude que beaucoup de personnes ont de penser que la vérité se trouve entre deux points de vue opposés. Tandis que ceci est valide afin de contrer l’exagération des partis, cela encourage les mensonges grotesques. La plupart des médias ne peuvent chercher la vérité et ne font que citer les deux opinions; même les plus gros mensonges sont répétés. Se contenter du milieu nous mène inévitablement à croire en un mensonge (plus petit), ou à ne croire en rien du tout.

Ainsi, la solidarité ne peut pas garder l’équidistance ou la neutralité. Que ce soit la démocratie, les droits de l’homme ou les militants de la paix en Syrie, en Ukraine ou ailleurs, ils seront probablement diffamés en tant qu’agents payés, charlatans, fascistes et idiots utiles dans le grand jeu. Et si nous connaissons le conflit local et croyons en la propagande, nous serons des idiots utiles nous-mêmes.

Traduction: Yoann Re

 

1The Anti-EU Politics is very much driven by the stereotype of homosexuality, e.g. if Ukraine enters the European Union, gays will be allowed to marry etc. If right-wing fighters are questioned as to why they fight on the Ukrainian side, they feel the urge to explain that they are not gay and that there are no homosexuals in their brigade.

2 “Stasi”: Ministry for state Security of the former GDR.

3 https://www.change.org/p/to-journalists-commentators-and-analysts-writing-on-the-ukrainian-protest-movement-euromaidan-kyiv-s-euromaidan-is-a-liberationist-and-not-extremist-mass-action-of-civic-disobedience

4 http://aillarionov.livejournal.com/704238.html

5 http://anton-shekhovtsov.blogspot.de/2014/11/fake-monitors-observe-fake-elections-in.html?

6 Igor Girkin “Семнадцать километров мы шли маршем через границу” http://svpressa.ru/war21/article/103643,

7 www.state.gov/p/eur/rls/rm/2013/dec/218804.htm

8 Preliminary results (in German): http://www.soziale-verteidigung.de/news/meldungen/hintergrund-nie-wieder-krieg-gegen-den-faschismus/

9 Just a small overview: http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/jul/22/mh17-five-bizarre-conspiracy-theories-zionist-plots-illuminati-russian-tv

Countries

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA