Journée des Prisonniers et Prisonnières pour la Paix

Le 1er décembre est la Journée des Prisonniers et prisonnières pour la paix. Depuis plus de 60 ans, l'Internationale des résistant.e.s à la guerre a publié les noms et les histoires de celles et ceux emprisonné.e.s de par leurs actions en faveur de la paix. Beaucoup sont objecteurs ou objectrices de conscience, incarcéré.e.s pour leur refus d'incorporer l'armée. D'autres ont commis des actions nonviolentes pour perturber les préparatifs de guerre.

Cette journée est une opportunité de montrer son soutien envers ces personnes et leurs mouvements, en écrivant à celles et ceux privé.e.s de liberté de par leur action pour la paix.

Si, l'IRG tient à jour de manière permanente une liste des Prisonniers et prisonnières pour la paix, un effort spécifique est déployé pour qu'elle soit d'actualité à l'occasion de la Journée des prisonniers et prisonnières pour la paix, chaque 1er décembre.

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres célèbrent la Journée pour les Prisonniers pour la paix, occasion lors de laquelle nous publions les noms et les histoires de personnes emprisonnées pour des actions pour la paix. Beaucoup d’entre eux sont des objecteurs de conscience, emprisonnés pour avoir refusé de rejoindre l’armée. D’autres ont mis en œuvre des actions non-violentes afin de perturber la préparation à la guerre.

Le Bureau Européen de l’Objection de Conscience -BEOC- a tenu son Assemblée Générale de printemps la semaine dernière à la Maison de la Paix à Bruxelles. Les participants à la réunion incluaient l’IRG, et des OCs et des activistes provenant de Belgique, de Catalogne, d’Allemagne, de Grèce, de France, d’Italie, de Turquie et du Royaume-Uni. Le  conseil d’administration du BEOC a réitéré son appel au gouvernement grec de tenir ses promesses de combler ses lacunes dans sa législation et ses procédures en ce qui concerne l’objection de conscience au service militaire.

En novembre 2016, une délégation du BEOC, menée par le Vice-President Sam Biesemans, a rencontré à Athènes le Sous Ministre de la Défense, Mr Dimitrios Vitsas. D’après le rapport de la délégation du BEOC, le Sous Ministre de la Défense a reconnu les problèmes qui existaient et a exprimé l’intention de présenter au parlement un projet de loi spécifique à l’objection de conscience. Dans son communiqué de presse, le  conseil d’administration du BEOC  a déclaré qu’ils allaient ‘ surveiller de près le processus’. Ils ont également offert leur assistance aux autorités Grecques pour harmoniser leurs dispositions concernant l’objection de conscience avec les normes Européennes et internationales des Droits de l’Homme.

Vous pouvez lire leur déclaration en cliquant ici : http://www.ebco-beoc.org/node/421

Atalia Ben-Abba is an imprisoned Israeli conscientious objector

Après 115 jours d'emprisonnement, l'objecteur de conscience Israëlienne Tamar Ze'evi a obtenu la resonnaissance de son objection au service militaire , et a reçu le statut d'OC pour raison de refus politique. Cependant, les objecteurs de conscience  Atalia Ben-Abba et Tamar Alon ont été de nouveau emprisonnés pour avoir refusé de prendre part à l'occupation et de servir dans l'armée israëlienne IDF. C'est la second fois qu’Atalia a été emprisonné, et la sixième fois  pour Tamar, et tous deux passeront 30 jours de plus derrière des barreaux. Cliquez ici pour envoyer un courriel de protestation aux autorités Israëliennes.

En plus de notre alerte par e-mail, vous pouvez aussi envoyer vos messages de solidarité à Atalia et Tamar. Cliquez sur ce lien pour leur écrire et vos messages seront transmis.

L'Objecteur de Conscience Diego Blanco de Colombie a été recruté illégalement par l’armée Colombienne, en dépit de son droit à un sursis en raison de son statut d’étudiant. Il est actuellement forcé de faire son service  dans la Compagnie de Cavalerie Mécanisée No 4 Juan de Corral de l’armée Colombienne à Rionegro, Antioquia.

Depuis sa déclaration comme Objecteur de Conscience le 20 mars 2017, Diego Blanco a été soumis à l’agression et au harcèlement de ses supérieurs. Quand il a refusé de prendre une arme cette semaine, il a été attaqué par l’Adjudant-Chef  Oscar Camacho Cartagena et a été menacé de cour martiale pour désobéissance et insubordination.

Lee Sangmin

Parfois je rêve du passé. D’habitude, je ne rêve pas d’expériences positives, juste de journées pleines de regrets et de souvenirs que je voudrais fuir. Les souvenirs constituent une pression inconsciente, et se rappellent à moi dans mes rêves. Cela ressemble à l’odeur de la terre avant la pluie. Je rêve aussi d’un futur qui n’est jamais venu. Dans le pire des scenarios, les exactes situations que je voudrais éviter apparaissent dans mes rêves. Je pousse toujours un soupir en me réveillant, et je suis ravi que tout cela ne se soit pas passé dans la vraie vie.

Tamar Alon, Atalya Ben Abba et Tamar Ze'evi risquent un emprisonnement répété pour avoir refusé de servir l’occupation Israélienne. Le 1er décembre , Mesarvot, un réseau de soutien aux objecteurs de conscience et aux résistants politiques, a annoncé une journée d’action pour les soutenir.

Des rassemblements ont eu lieu devant des bâtiments de fabricants d'armes et d'autres endroits pour demander aux gouvernements de stopper la fourniture d'armements à l'occupation Israélienne plutôt que d'en retirer des bénéfices. La journée d'action a attiré l'atention sur le fait que, tandis que des jeunes en Israël refusent de servir l'occupation, nous devons refuser d'en retirer des bénéfices. Parce que, aussi longtemps que l'Europe fera des affaires avec les fabricants d'armes israéliens , l'occupation continuera. Aussi longtemps que les USA continueront de fournir des armements à Israël et d'acheter leurs armements, des jeunes Israéliens continueront à être emprisonnés pour leur refus d'utiliser ces armes contre des civils .

1er décembre 2016 : Refuser l'occupation - Journée internationale d'actions

Tamar Alon, Atalya Ben Abba et Tamar Ze'evi risquent la prison car elles refusent de servir l'occupation israélienne. Soutenons-les en rejoignant la Journée internationale d'actions qui se déroulera le 1er décembre 2016.

Des rassemblements se tiendront aux portes de bâtiments d'entreprises d'armement et d'autres lieux pour en appeler aux gouvernements de cesser d'armer l'occupation israélienne et cesser d'en tirer profit.

Tant que le commerce entre l'Europe et l'industrie de l'armement israélienne perdurera, il en sera de même pour l'occupation. Tant que les USA continueront d'armer Israël et d'y acheter de l'armement, de jeunes israéliens et israéliennes continueront d'être emprionné.e.s pour leur refus de diriger ces armes contre des populations civiles.

***
ELLES REFUSENT de gazer les civil.e.s. Les États-Unis refusent-ils d’acheter à Israël des gaz lacrymogènes ?

ELLES REFUSENT de tirer sur des civil.e.s, l’Asie de l'Est refusera-t-elle d’acheter des armes à feu à Israël ?

ELLES REFUSENT de bombarder Gaza, appellerons-nous NOS PAYS à refuser le commerce des drones avec Israël ?

ELLES REFUSENT de servir l’occupation. NOUS refusons d’en tirer du profit.

***

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres célèbrent la Journée pour les Prisonniers pour la paix, occasion lors de laquelle nous publions les noms et les histoires de personnes emprisonnées pour des actions pour la paix. Beaucoup d’entre eux sont des objecteurs de conscience, emprisonnés pour avoir refusé de rejoindre l’armée. D’autres ont mis en œuvre des actions non-violentes afin de perturber la préparation à la guerre. Cette journée est l’occasion pour vous de leur montrer votre soutien.

L’IRG a une liste permanente des Prisonniers pour la Paix, et nous accordons une attention particulière à sa mise à jour à l’occasion de la journée des Prisonniers pour la Paix, le 1er décembre.

Nous vous invitons à consacrer un peu de votre temps aux alentours du 1er décembre pour exprimer votre solidarité par l’envoi de cartes postales. Vous pouvez trouver les noms et adresses des prisonniers ici: /fr/node/4720 Rassemblez vos amis, votre classe, groupe de la paix, religieux ou communautaire et écrivez-leur ensemble !

Pour plus d’information, visitez: /fr/node/3695

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres célèbrent la Journée pour les Prisonniers pour la paix, occasion lors de laquelle nous publions les noms et les histoires de personnes emprisonnées pour des actions pour la paix. Beaucoup d’entre eux sont des objecteurs de conscience, emprisonnés pour avoir refusé de rejoindre l’armée. D’autres ont mis en œuvre des actions non-violentes afin de perturber la préparation à la guerre. Cette journée est l’occasion pour vous de leur montrer votre soutien.

L’IRG a une liste permanente des Prisonniers pour la Paix, et nous accordons une attention particulière à sa mise à jour à l’occasion de la journée des Prisonniers pour la Paix, le 1er décembre.

Nous vous invitons à consacrer un peu de votre temps aux alentours du 1er décembre pour exprimer votre solidarité par l’envoi de cartes postales. Vous pouvez trouver les noms et adresses des prisonniers ici: /fr/node/4720 Rassemblez vos amis, votre classe, groupe de la paix, religieux ou communautaire et écrivez-leur ensemble !

Le 1er décembre de chaque année, l’Internationale des Résistan(te)s à la Guerre et ses membres célèbrent la Journée pour les Prisonniers pour la paix, occasion lors de laquelle nous publions les noms et les histoires de personnes emprisonnées pour des actions pour la paix. Beaucoup d’entre eux sont des objecteurs de conscience, emprisonnés pour avoir refusé de rejoindre l’armée. D’autres ont mis en œuvre des actions non-violentes afin de perturber la préparation à la guerre. Cette journée est l’occasion pour vous de leur montrer votre soutien.

Cher Ami/e et sympathisant/e de l’IRG,

Le traditionnel travail de l’IRG en soutien aux objecteurs de conscience emprisonnés et aux autres prisonniers pour la paix apparaît peut-être comme une triste routine, mais ce défi est indispensable à relever. En tant qu’individu qui me suis trouvé autrefois sur la liste des Prisonniers pour la paix, je peux attester de l’importance des nombreux messages de soutien que j’ai reçu de gens du monde entier , et qui ont amélioré mon moral quand j’étais derrière les barreaux. Souvent, l’enjeu monte d’un cran. C’est le cas pour l’objecteur de conscience égyptien Maikel Nabil Sanad, qui est actuellement emprisonné pour avoir publié un article critiquant l’armée sur son site Internet. Il a été en grève de la faim depuis le 23 août 2011 – soit plus de 84 jours au total.

« En septembre 2001, lors de ma demande aux autorités serbes de reconnaître mon droit à l'objection de conscience, douze 12 objos pour raisons religieuses y étaient emprisonnés. Avec la campagne organisée par l'IRG et d'autres groupes pacifistes, j'ai échappé à la prison et, de plus, les douze incarcérés furent libérés dans les mois qui ont suivi.»

Igor Seke, Objecteur de conscience en Serbie

Merci de soutenir notre action pour les objecteurs de conscience et les prisonniers et prisonnières pour la paix. Merci de prendre du temps le 1er décembre – Journée internationale – pour écrire des lettres au prisonniers et prisonnières (cf liste jointe). Et, pour que nous continuions notre action, merci de donner généreusement pour soutenir l'action de l'IRG .

S'abonner à Journée des Prisonniers et Prisonnières pour la Paix