Des militants turcs pacifistes et pour les droits de l’homme demandent l’arrêt de ventes d’armes à la Turquie

Turquie: arrêter le cycle de la violence

Lors d’une récente visite en Turquie, une délégation internationale de l’ Internationale des Résistants à la Guerre a parlé à des militants turcs pacifistes et pour les droits de l’homme, qui ont demandé que les ventes d’armes à la Turquie soient immédiatement arrêtées. ‘ La guerre en Afrin ainsi que l’oppression en Turquie, en particulier dans les régions kurdes, sont rendues possibles grâce à des armes qui viennent en particulier d’Allemagne, d’Espagne, d’Italie et de Russie. Aussi longtemps que ces pays continueront à vendre ces armes, celles-ci seront utilisées pour opprimer et violer les droits de l’homme. Une étape essentielle pour empêcher ceci serait d’arrêter immédiatement la vente d’armes’ , a déclaré au groupe un militant pour les droits de l’homme.

Le Groupe de Travail sur la Turquie de l’IRG comprend des membres de Connection e.V.. , Bund fuer Soziale Verteidigung (BSV), International Fellowship of Reconciliation (IFOR)- Autriche , War Resisters’ International (WRI), La Transicionera (Espagne) et des militants de Turquie. Le groupe de travail a été formé durant le violent conflit dans le sud-est de la Turquie en 2015/2016 , et s’est révélé au public en demandant d’arrêter le cycle de la violence en Turquie.

Le groupe a été horrifié par la détérioration croissante de la situation des droits de l’homme en Turquie. Depuis que l’opération de la Turquie en Syrie du Nord a commencé, il a été très difficile pour les militants en Turquie de simplement utiliser des termes comme ‘ paix’ ou de demander un retour à un processus de paix avec la population kurde.

Néanmoins, durant des discussions avec divers groupes et organisations , le Groupe de Travail a aussi trouvé que, contrairement à l’image donnée par les médias turcs, le soutien populaire de la guerre en Afrin n’est pas sans équivoque.

Une enquête indépendante suggère que 30 % de la population ne soutient pas le conflit, et les organisations de défense des droits de l’homme sont quotidiennement contactées par des hommes qui ne veulent pas servir dans cette guerre. Et, en dépit de la peur et des réponses rudes de la police, il y a encore des activités qui continuent à protester contre la guerre. Pas plus loin que cette semaine passée , par exemple, des étudiants d’une université d’Istanbul ont osé déployer une bannière qui disait ‘non’ à la guerre . Ils se sont immédiatement fait appeler des traîtres et des terroristes par le Président turc.

En ce qui concerne les manifestations pour la paix prévues à Pâques, le Groupe de Travail sur la Turquie appelle à renforcer ces activités en déclarant notre solidarité avec les groupes pacifistes et pour les droits de l’homme en Turquie, et de prendre une position claire contre la vente d’armes à la Turquie.

Programmes & Projects
Countries
Theme

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA