Das Recht, das Töten zu verweigern

Das Programm der War Resisters' International's, Das Recht, das Töten zu verweigern, kombiniert einen weiten Bereich von Aktivitäten zur Unterstützung einzelner Kriegsdienstverweigerer als auch organisierter Gruppen und Bewegungen für Kriegsdienstverweigerung.

Unsere Hauptveröffentlichungen sind CO-Alerts (Alarmnachrichten, die verschickt warden, wann auch immer ein Kriegsdienstverweigerer verfolgt wird) und CO-Updates (ein zweimonatiger Blick auf Entwicklungen hinsichtlich Kriegsdienstverweigerung auf der ganzen Welt).

Wir pflegen den CO-Leitfaden – Ein Leitfaden zum Internationalen Menschenrechtssystem für Kriegsdienstverweigerer, der COs helfen kann, ihre eigenen Regierungen zu konfrontieren und sich vor Menschenrechtsverletzungen zu schützen.

Informationen darüber, wie Nationalstaaten Kriegsdienstverweigerer behandeln, können unter World Survey of Conscientious Objection and recruitment (Weltübersicht zu Kriegsdienstverweigerung und Rekrutierung) gefunden werden.

Weitere Informationen zu dem Programm findet Ihr hier.

En janvier dernier, il y a eu des développements importants pour les objecteurs de conscience dans la partie Nord de Chypre: l’objecteur de conscience Halil Karapasaoglu, qui a déclaré à plusieurs reprises son refus de faire son service comme réserviste, a été jugé et condamné à une amende – que Halil a refusé de payer, et il a été emprisonné. Au même moment , le groupe ‘Initiative pour l’Objection de Conscience à Chypre’, a mobilisé des centaines de personnes pour soutenir Halil - à la fois dans la rue et sur les médias sociaux. Halil a été relâché à la suite de son appel. Parallèlement aux discussions publiques sur le cas de Halil, le gouvernement du Nord de Chypre, un état autoproclamé qui n’est reconnu que par la Turquie, a annoncé un projet de loi reconnaissant le droit à l’objection de conscience. Le projet de loi, qui a été largement discuté sur tout le nord de l’île en même temps que le cas de Halil, fera l’objet d’un vote au parlement en février.

En décembre, l’ Internationale des Résistants à la Guerre a soumis un rapport au bureau des Nations Unies du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme ( HCDH). Le rapport était en réponse à la demande d’informations du HCDH sur les diverses approches et questions en ce qui concerne les procédures de candidature à l’objection de conscience au service militaire conformément aux normes des Droits de l’Homme.

Le 20 août 2018, le Conseil des ministres du Maroc, présidé par le roi Mohammed VI, a approuvé un projet de loi rétablissant le service militaire obligatoire pour les jeunes de moins de 25 ans. S’il est adopté par le parlement, les hommes et les femmes âgés de 19 à 25 ans seront soumis à 12 mois de service militaire obligatoire – qui avait été aboli par le roi en 2006.

Les organisateurs de la conférence’ l’Erythrée et la crise actuelle des Réfugiés‘ ont publié une nouvelle brochure ‘Erythrée- Un pays sous l'emprise d'une dictature’. Elle fournit une vue complète de la situation dans ce pays, la situation des réfugiés Erythréens en Europe et ailleurs, et présente également leurs initiatives et leurs activités.

Ce jeudi 28 juin 2018, dans une décision qui fera date, le Conseil constitutionnel de la Corée du Sud a ordonné au gouvernement de mettre en place un service de substitution de nature civile pour les objecteurs de conscience. Le Conseil a considéré que l'article 5 de la loi relative au service militaire (Military Service Act – MSA) qui omet de proposer des formes alternatives au service militaire est inconstitutionnel. Il enjoint aux législateurs de modifier la loi d'ici la fin 2019.

Le 15 mai – Journée Internationale de l’Objection de Conscience – l’ Internationale des Résistants à la Guerre a attiré l’attention sur les 250 ou plus jeunes gens en prison en Corée du Sud pour avoir refusé de faire leur service militaire. Des centaines de personnes ont envoyé des messages de protestation aux autorités sud-coréennes et des messages de soutien aux objecteurs de conscience en Corée du Sud !

Subscribe to Das Recht, das Töten zu verweigern