Éditorial


Lors de la conférence internationale de l'Internationale des RésistantEs à la Guerre, "Mondialiser la Nonviolence", un groupe thématique a travaillé sur les profiteurs de guerre. Ce groupe thématique a été une étape essentielle dans le développement de l'initiative mondiale de l'IRG contre les profiteurs de guerre. Le contenu de ce bulletin provient majoritairement du travail fourni cette semainelà. Nous avons alors appris de différentes organisations faisant déjà campagne ontre les profiteurs de guerre. Nous nous sommes entenduEs, comme moyen d'atteindre les profiteurs de guerre, sur la nécessité de travailler à la suppression du pouvoir d'influence sur les politiques gouvernementales qu'ont ces entreprises pour obtenir des contrats. Le premier article de ce Fusil Brisé décrit comment les entreprises influencent les gouvernements et les corps décisionnaires quant aux politiques et dépenses militaires d'une part, et ce que nous pouvons faire pour les arrêter d'autre part. La dernière semaine d'août, une rencontre en Colombie organisée par la Red Juvenil de Médellín sur les initiatives antimilitaristes et l'intervention militaire se penche sur le rôle que ces entreprises ont dans la région. Un article par les organisateurs/trices de cette rencontre révèle combien en Colombie ces entreprises ont les mains sales. Fin septembre, une conférence de militantEs travaillant à la campagne Stop the Merchants of Death, organisée par la War Resisters' League se tiendra aux USA, à Minneapolis. En étudiant la campagne contre Honeywell, basée à Minneapolis, nous voyons quelle efficacité peuvent avoir des campagnes nonviolentes contre les profiteurs de guerre. Je vous encourage à lire cet exemplaire tout en réfléchissant au moyen de vous impliquer dans la campagne.

Javier Gárate